Qu’avez-vous fait de moi ?

A 28 ans, Léopold Fleury, jeune urbain surdiplômé, continue à végéter entre contrats précaires et rêves de gloire littéraire, sourd aux conseils de son entourage.
Un jour, Richard, un de ses anciens condisciples reprend mystérieusement contact avec lui. Vont alors faire irruption dans la vie de Léopold deux agents très spéciaux, apparemment aux trousses d’un Richard également poursuivi par une organisation énigmatique et son implacable tueuse.
Pourtant, Léopold va bientôt se désintéresser de cette histoire : ne vient-il pas d’être engagé par une chaîne de télévision ? Il va enfin pouvoir mener la belle vie, argent et filles faciles dans les repaires nocturnes du Tout-Paris.
Quand il accepte l’impensable proposition de son médiatique patron, le scénario de son existence s’emballe. Les seconds rôles tombent le masque, les amours d’antan prennent les armes, un gigantesque complot s’ourdit dans l’ombre, Léopold perd pied, la réalité abandonne son air suffisant et révèle ses failles.
Mais à la fin, il faut toujours un coupable…
Un premier roman sur la rémanence des illusions, leur dislocation contre le mur du réel, les miroirs de l’écriture, la férocité du monde ultra-libéral et la mort des transcendances. Et l’amour là-dedans ? On en parle aussi…

Erwan Larher signe une brillante comédie sociale qui dérape en thriller, le tout mené avec style et brio. C’est à la fois haletant, drôle, non sans une pointe de satire sociale. (Jean-Claude Perrier – Livres Hebdo)

Mon gros coup de cœur littéraire de cette année, pour ce qui pourrait bien devenir un jour un livre culte. (Les Chroniques de Mandor)

Sous les apparences d’un roman intimiste à la structure policière, Qu’avez-vous fait de moi ? est un récit limpide et satirique sur notre présent. (K-libre)

Un brillant premier roman. (Bilguissa Diallo – Les Pétroleuses)

Un raffinement exquis de la langue et du style. Un premier roman qui ne manque ni de goût ni d’audace littéraire, oscillant entre divertissement pur, polar et pamphlet politique. Savoureux ! (RTBF)

Ce récit dense est à la croisée du polar, du récit d’espionnage, de la biographie introspective et du manifeste engagé. Une histoire qui tient autant du suspense que de la littérature de style. (Libfly)

Un roman dans lequel on découvre le ton caustique, la plume nerveuse et l’esprit critique de l’auteur, mais aussi son talent de conteur et d’analyste avec ce texte dans lequel il imprime d’emblée son style : écriture ciselée et sens de la formule viennent étayer une réflexion poussée sur les dérives du monde contemporain et sur les liens ténus entre fiction et réel, fantasme et vécu. (Séverine Conesa, bibliothécaire, bibliothèque Bonlieu d’Annecy)

Ça fonce, ça pète, ça trompe son monde… et, surtout, ça fonctionne ! (François Perrin – TGV Magazine)

Un engrenage parfaitement maîtrisé jusqu’au dénouement final, particulièrement réussi. (Standard Magazine)

Le roman des années 2000 enfin publié ! A lire absolument ! (Abzyme)

Aucun temps mort et un ton d’une délicieuse impertinence. (Moi, Clara et les mots)

C’est original, le ton est alerte, on lit ce texte comme on dévale une colline, à toute allure et lorsqu’on arrive en bas, la surprise est totale, on débouche sur un paysage complètement différent de celui auquel on s’attendait, et le roman prend un tout autre sens ! Génial ! (Carole Francastel, Le blog de krol)

Énergie, action, modernité, originalité : j’ai adoré ce roman pétillant et décalé, ni polar, ni autre chose, un genre à part, mais quelle part ! (Mot à mot)

Aucun temps mort, un style impeccable, une plume superbe et acérée qui mêle magnifiquement ironie mordante et sérieux tragique, fantasme et réalité, le tout avec un ton d’une délicieuse impertinence ! De quoi nous donner envie de lire très bientôt le n°2 de ce brillant auteur… (MyBoox)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrPin on PinterestDigg thisShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page