Ce monde n’est pas le mien

Pendant qu’au nom du Progrès et de la Compétitivité s’assèchent les nappes phréatiques, se meure la biodiversité, se multiplient dans nos maisons et dans nos assiettes les produits cancérigènes, on s’apprête à élire en France un corporatiste menteur sans foi ni loi, un bandit plus cynique encore que le margoulin précédemment installé à l’Elysée.
Pendant qu’au nom du Naturel et de l’Evident, du Bon Sens et du Cela Va de Soi, le lien social se délite, les individus s’opposent, on affame 1/4 de la planète, des coques rouillées s’éventrent au large des côtes sauvages, la langue française se SMSise, on s’apprête à entériner démocratiquement la loi du plus fort.
Ne me dites pas que vous ne voyez pas le rapport. Ne me dites pas que la victoire des idées portées par M. Sarkozy n’est pas symptomatique d’une société malade, d’un monde en bout de course, d’une humanité qui a touché le fond.

Ouais, mais bon, tu exagères Erwan, il ne faut pas tout mélanger : la guerre en Irak et l’appauvrissement des classes moyennes, l’accroissement du nombre d’obèses et l’ultra libéralisme publicitaire, les profits des multinationales et la hausse des agressions sur les personnes. Et on peut très bien être à la fois vendeur d’armes et patron de presse impartial et équitable, où est le problème?…

Ce monde n’est pas le mien.

Car pendant qu’on ratiocine pour savoir si Mme Royal a été meilleure que M. Sarkozy pendant le débat télévisé, pendant qu’on relève les erreurs de chiffres de l’un et de l’autre, pendant qu’on explique par les mécanismes normaux du jeu politique la lamentable trahison (vous voyez un autre mot ?) des députés UDF, des juges sont empêchées de perquisitionner à l’Élysée et M. Chirac se prépare une retraite paisible à l’ombre d’une amnistie programmée.
Pendant que des électeurs de gauche et d’extrême-gauche crachent sur leurs idéaux humanistes en organisant leur week-end à la pêche ou en passant au Kärcher leur bulletin de vote, la vie politique se balkanyse.

Ce monde n’est pas le mien.

Et pourtant… Pourtant je suis persuadé qu’il faut continuer à gueuler, même dans le vide, qu’il faut continuer à écrire pour faire changer le monde, qu’il faut continuer à se sourire pour faire reculer l’irrespect.

Quel rapport avec mon blog, me demanderez-vous ? Si j’avais renoncé à mes principes, peut-être ne serais-je pas un auteur raté.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.