Une tenace impression de déjà-vu

Un référendum sur la règle d’or ; Bayrou qui attend avant de donner des consignes de vote ; des états-majors en campagne, qui mettent en place des stratégies ; des ministrables qui prennent position ; de la retape grossière auprès des électeurs du FN… Ça fait rêver, non ? C’est la Ve République et ça fait plus de 50 ans que ça dure, qu’on veut absolument qu’il y ait les bleus contre les rouges, et que chacun au second tour s’efforce de ratisser le plus large possible à coup de slogans, d’imprécations et de dévalorisation du camp d’en face – camps qui ne défendent plus depuis belle lurette des valeurs mais des intérêts.

Ils vont être longs, ces dix jours de l’entre deux tours, à supporter les racolages de l’un et de l’autre.

Ils vont être d’autant plus long qu’il faut aussi supporter les âneries du genre « 26%+18% = 44% de fachos* » sur les réseaux sociaux.
Nicolas Sarkozy, que je méprise profondément, soyons clairs, n’est pas un fasciste. Un arriviste, un opportuniste, un clientéliste, un népotiste mais pas un fasciste. Or, comme il n’a pas de morale et qu’il est cynique en diable, il exalte les pires instincts si cela peut le faire gagner – il n’y a que ça qui l’intéresse : gagner. Juppé n’est pas fasciste, Fillon non plus, NKM non plus. Il ne faut pas tout mélanger. Ils sont coupables d’avoir suivi Sarkozy sur la pente abjecte de la banalisation d’idées nauséabondes, parce que la fin justifie pour eux les moyens, et c’est d’autant plus condamnable qu’ils sont censés être des hommes d’Etat.
De même, tous les électeurs du FN ne sont pas fascistes. Le fascisme, c’est quoi ? Autoritarisme (avec, si possible, un homme providentiel), corporatisme, nationalisme, antidémocratisme et un petit coup de conservatisme. Soit une infantilisation du peuple, laisse, Benito s’occupe de tout, contente-toi d’obéir, tu es protégé mon petit si tu fais tout comme on te dit.
Combien de fascistes, idéologiquement, dans les 18% du FN ? A mon avis (je citerais bien mes sources mais je n’ai pas le temps, j’écris une lettre ouverte à Hollande), pas plus de la moitié. Mais beaucoup de psychanalytiquement fascistes, à savoir des gens apeurés et/ou en colère. Comme des enfants peuvent l’être. Parce que le monde est injuste et qu’on a beau se débattre, rien ne change. Parce que ceux qui ont le pouvoir depuis 30 ans sont injustes, donc illégitimes, et que pourtant ils sont toujours là, indéboulonnables, on ne peut pas les virer (comme on ne peut pas virer ses parents).
Alors on utilise le seul moyen qu’on a pour se faire entendre : la grosse bêtise, celle qui fait du bruit.
D’ailleurs, Nico et Francesco leur parlent comme à des enfants, à des garnements. A des irresponsables qui ne savent pas ce qu’ils font et qu’il faut ramener dans le droit chemin. Mais ça ne va pas marcher, parce qu’ils n’ont plus confiance, les chenapans. Ils n’en veulent pas vraiment, de la famille d’accueil bretonne, mais les leurs, de familles, ne les écoutent jamais. Elles leur parlent (« revient au bercail, mon petit ») mais ne les écoutent pas. Alors ça ne marchera pas, Nico et Francesco. Ça ne marchera pas tant que l’injustice perdurera.
Quand ton môme fait une connerie pour te défier, tu auras beau l’agonir d’injures, si tu ne lui expliques pas pourquoi c’est une connerie (ce que souvent, il sait déjà, les mômes ne sont pas si inconséquents qu’on veut bien le croire parfois), il recommencera. Et si tu n’essaies pas de comprendre pourquoi il a fait une connerie, si tu ne t’attaques pas aux causes, il recommencera.

Non mais sérieusement, vous croyez qu’ils sont racistes, dans les petits villages du fin fond du Berry (le FN y a percé spectaculairement), où le seul étranger est le garagiste d’ascendance polonaise arrivé dans les bagages de ses parents 40 ans auparavant ?
Non.
Ils sont de plus en plus pauvres, il n’y a plus de Poste, plus d’écoles, plus de gare, et les trains à Issoudun sont toujours en retard – quand ils ne sont pas supprimés.
Ils sont de plus en plus pauvres, les usines, les ateliers ont fermé, les commerces du centre-ville font faillite les uns après les autres.
Alors ils ont peur (comment leur donner tort ?).
Et ils sont en colère (ils ont raison).
Ils s’en foutent, de la règle d’or. Ils s’en foutent, des 75% au-dessus d’un million de revenu. Ils s’en foutent de Merkozy et d’Hollanchon, des variations du CAC 40 et de la taxe carbone. Mais les clopes qui augmentent, l’essence qui augmente, le Caddie© qui augmente pendant que le boulot se raréfie, voilà ce qui les préoccupe (et ça me préoccupe aussi, il faut bien l’avouer).
Quand j’habitais au fin fond de la Picardie, c’était pareil. Les mêmes discours, exactement. Les mêmes peurs ; pas des arabes ou des noirs mais de l’avenir. Les mêmes colères ; pas contre les rouges ou les bleus mais contre le système.
Pourquoi d’ailleurs ne parle-t-on pas du lien entre éducation et vote FN ? C’est politiquement incorrect de souligner que 30% des électeurs du FN n’ont pas le bac ? Non pas qu’ils soient plus cons que les autres, bien loin de moi cette idée, juste moins bien armés pour affronter leurs angoisses (qui sont un peu les miennes (je n’ai pas peur pour moi mais pour mes semblables), mais j’ai eu la chance de faire des études).
Plus on laissera décrépir l’Éducation nationale, gouverner le capitalisme financier, s’accroître les inégalités, se détisser le maillage territorial des services publics, plus il sera difficile de combattre les idées du FN. Plus on laissera de petits parvenus de province, incultes et carriéristes (Xavier Bertrand se voit à l’Élysée dans 5 ans, ai-je lu ce matin dans l’Express. On rêve…), gouverner le pays en dépit du bien commun (un ministère de l’Identité Nationale… J’étais sous la douche ce matin-là en apprenant la nouvelle et, je vous jure que c’est vrai, j’en ai lâché le pommeau de stupéfaction (sur ma tête (puis sur mon pied))), plus il sera compliqué d’expliquer que la xénophobie, le racisme, l’hystérie sécuritaire, la tentation du repli sur soi, la peine de mort ne sont pas des solutions.

Donc, plutôt que d’insulter les électeurs du FN (ce qui fait le jeu des dirigeants du FN (qui au fond n’en ont rien à foutre de leurs électeurs)), plutôt que de les mettre tous dans le même sac, faisons en sorte que le prochain président ne se contente pas de gérer à la petite semaine mais propose de vrais changements, pour que plus grand monde n’ait de raison d’être en colère ou d’avoir peur de l’avenir. On verra alors le FN revenir à son niveau sociologique : autour de 5% de fascistes et de racistes.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.