Pourquoi le « blog d’un auteur raté » ?

J’ai échoué.
Je ne peux plus me mentir, je ne dois plus me cacher, j’ai échoué.
Depuis que je sais écrire, j’écris. Ne riez pas, ce n’est pas le cas de tout le monde. J’écris des histoires, qui sont devenues des pièces de théâtre, des romans, des scénarii pour le cinéma ou la télévision.
J’écris des textes que je relis sans relâche, que je patine. Je griffonne sans arrêt, je rature, je reprends. J’écris la nuit ou le week-end parce que je travaille par ailleurs – nous y reviendrons -, j’écris parce que j’ai des choses à dire, à transmettre, à partager, parce que je veux changer le monde, parce que les livres sont la mémoire de l’humanité, parce que je le dois.
Très tôt, j’ai voulu en faire mon métier.
Et j’ai échoué.
Comme tant d’autres me direz-vous. Oui. Mais si le monde s’intéresse beaucoup, à tort ou à raison, aux écrivains qui ont réussi, que sait-on des écrivains ratés ? Que sait-on de leur quotidien, des lambeaux d’illusions qu’il leur reste ?
Rien.
Et il est temps de réparer cette injustice.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.