Le plan secret

Cher François Hollande,

Vous allez devenir président de la République dans quelques jours. Je ne peux pas dire que cela me fasse bondir de joie, que cela gonfle mon cœur d’espérance, que l’excitation me gagne à mesure que l’échéance se rapproche. A mes yeux, vous êtes un homme d’appareil, un sympathique ambitieux qui a fait son chemin au sein du PS grâce à son humour et à sa bonhomme et rouée neutralité ; que vous en ayez été désigné candidat à la présidentielle montre bien la volonté de votre parti d’améliorer nos vies…
Mais… Et si je me trompais ?
Et si vous aviez caché votre jeu jusqu’ici et que, profitant d’une Assemblée nationale rouge-verte et un peu rose, vous aviez justement décidé de mettre en place le Plan Secret que vous mûrissez depuis des années, tout en faisant semblant d’être d’accord avec tout le monde ? Et si vous n’étiez pas un gestionnaire falot et sans convictions mais au contraire Super Francesco, le justicier qui peut enfin révéler sa vraie nature aux yeux du monde ?
Parce que vous auriez compris de puis longtemps (personne, je crois, ne doute de votre intelligence) que seuls restent dans l’histoire ceux qui influent sur le destin d’un peuple, qui font œuvre de civilisation, n’ayons pas peur des mots. Que retiendra-t-on des années Chirac ? Rien. Des années Sarkozy ? Rien. Pourquoi ? Parce qu’ils ont géré, sans ambition collective, pour le seul bénéfice de quelques-uns. Que retiendra-t-on des sociaux-démocrates européens qui ont exercé le pouvoir, Blair et compagnie ? Rien.
Que voudriez-vous que l’on retienne de ce qu’on appellera un jour « les années Hollande », ou « le hollandisme » ? Que vous avez un peu augmenté les impôts des nantis, un peu fait baisser le nombre de morts sur les routes, un peu augmenté le nombre de bacheliers ? Que vous avez un peu réduit le déficit public les deux premières années, mais qu’il a grossi de nouveau à la fin du quinquennat ? Que vous avez fait perdre un A à notre si chère payée notation ? Que le prix du pain a baissé sans discontinuer sous votre mandat ? Comment voulez-vous entrer dans les livres d’histoire, dans la mémoire collective ? Comme un homme qui a fait ce qu’il a pu dans une période difficile ? Qui a pleuré en direct à la télévision lorsque l’accident à la centrale nucléaire de Chinon a fait 500’000 victimes en Touraine ? (« Nous ne vous oublierons jamais ! »)
Non.
Car vous vous seriez posé toutes ces questions, Super Francesco. Surtout quand, en 2002, lorsque Chirac a eu la chance historique d’être élu avec 80% des voix, il a continué comme avant à ne rien faire au lieu de se servir de cet élan pour proposer un nouveau contrat social, une nouvelle politique, pour prendre des risques, quoi !
Oui, votre Plan Secret est prêt, Super Francesco, et tout le monde sera bien obligé de fermer son clapet. En fait, vous allez fixer le SMIC à 1500 euros net, nationaliser les banques, les autoroutes, l’eau, l’énergie, imposer un revenu maximum à 500’000 euros annuels et surtaxer la spéculation. Entre autres mesures de salut public. Parce qu’en cachette depuis des années, vous réfléchissez au bien commun (alors que tout le monde croyait que vous essayiez seulement de ne vous fâcher avec personne au PS, au Modem et chez EELV).
De toutes façons, ils ne pourront rien dire, les vrais mous du PS (on croyait que c’était vous, le mou ; ah ah ah ! grave erreur ! Les mous, les girouettes, c’est Montebourg et compagnie, pas vous !) parce que le Président, ce sera vous ! Donc s’ils ne sont pas contents, c’est pareil ! Et puis le peuple sera derrière vous. Et le peuple, vous le savez (parce que vous êtes intelligent (et que vous mûrissez votre Plan Secret depuis longtemps (avec Mélenchon et Généreux si ça se trouve))), il est plus nombreux que les riches (que vous n’aimez pas, vous l’avez dit une fois, et ce jour-là vous avez failli vous trahir, on a failli voir le « S » imprimé sur votre torse, sous la chemise banale que vous portez pour faire croire que vous êtes un homme politique comme les autres).
Je n’ai plus aucun doute : vous n’avez pas atteint le but d’une vie pour vous écraser piteusement en plein vol et nous laisser un bilan médiocre, comme ces outsiders parvenus en finale et qui ne parviennent jamais à se lâcher lors de cette apothéose (qui se souvient de Martin Verkerk ? Personne, comme personne ne se serait souvenu du mou à lunettes qui avait succédé au teigneux à talonnettes (ah, comment il s’appelait celui-là ? Mais si, tu sais, il avait plein de tics et sa femme, c’était un mannequin…) s’il n’était devenu, à la surprise générale, Super Francesco).

Vous allez devenir président de la République, cher François, et maintenant que j’ai deviné les nobles, humanistes et citoyennes valeurs qui veinent votre Plan Secret, je vais voter pour vous non plus à reculons mais le cœur gonflé d’espérance.

You may also like

Un commentaire

  1. Il n’y a pas à dire, ce que j’adore chez toi Erwan c’est ton côté visionnaire, son plan secret, il a du l’égarer avec ses promesses de campagne. Son programme est devenu  » le changement, on verra plus tard, » . En fait, plus préoccupé à augmenter les ventes de Closer et à relancer la carrière crépusculaire d’une actrice de cinéma, il a tout laissé tomber, la Gauche, les sans dent, ses électeurs, sa compagne. Et cela personne ne pouvait le prévoir même le plus grand visionnaire que tu es Erwan. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.